« L’Art est indispensable à l’Entreprise »

30 mai 2016 | Roselyne | Valeurs collectives

Dialogue dans une salle d'exposition

L’activité de Art et Entreprise s’appuie sur la thèse de José Frèche, développée dans son ouvrage « Art & Cie ». Une thèse qui devrait intéresser les professionnels des Ressources (richesses) Humaines.
J. Frèche a été conservateur du musée Guimet, énarque et dirigeant d’une agence de communication culturelle et artistique Artissimo & Co. Selon lui, « L’art est indispensable à l’entreprise » car les deux mondes se recoupent et s’interpénètrent : il existe des points communs entre artiste et entrepreneur et ce que nous admettons déjà dans les pratiques classiques (design, publicité…) s’impose de plus en plus dans des champs nouveaux (motivation des équipes, formation et techniques de vente…).

L’art dans l’univers professionnel ? Un bon moyen d’ouvrir l’esprit des collaborateurs, de fabriquer du lien social, et pourquoi pas de booster cette fameuse culture d’entreprise. Le concept, considéré comme incongru il y a encore quelques années, commence à cheminer sous l’influence du mécénat culturel. Outil de communication interne et externe particulièrement précieux, le mécénat culturel est loin de représenter le seul moyen, pour les entreprises, de miser sur la culture.

Ainsi Serge Charon, Directeur Général d’Alphatem, une entreprise internationale travaillant dans le domaine de l’ingénierie et du conseil en innovation (aujourd’hui Assystem), a réservé à l’entrée des bureaux situés à Equeurdreville (50) un espace dédié à la peinture et à la sculpture. Sensibiliser les salariés et les clients à la création artistique était une manière d’affirmer l’esprit innovant de la société. Serge Charon voulait « offrir une culture en plus, favoriser un esprit d’ouverture, de partages avec d’autres centres d’intérêts . »
Face aux œuvres d’art les hiérarchies professionnelles font davantage place à des dialogues transversaux. L’entreprise souhaite de plus en plus renforcer le dialogue et l’esprit d’équipe.
L’art agit comme un déclencheur. Le personnel de l’entreprise se laisse aller à des confidences en invoquant parfois des talents amateurs de peintre ou de pianiste. Le « dévoilage » de l’œuvre et la discussion autour de l’œuvre renforcent la culture d’entreprise, car chacun se sent impliqué dans un projet qui dépasse l’aspect strictement professionnel. Tout cela est encore plus probant lorsque le projet artistique prend corps dans l’entreprise. L’artiste en résidence provoque ces échanges.
Au début, les salariés sont un peu craintifs devant le propos artistique, dans la peur de dévoiler leur âme. Mais, au final, ils ont bien conscience qu’il s’agit d’une occasion unique d’être analysé par un artiste qui leur tend un miroir et leur offre une vision qui n’est pas téléguidée par le département communication ou marketing.
Des retombées positives qui réconcilient amateurs d’art et chantres de l’efficacité au bureau.

A Lyon, un bel exemple illustre le propos : les Subsistances développent des projets communs avec des entreprises.